1. Accueil
  2. >
  3. Actualités
  4. >
  5. Les idées reçues du viager

Les idées reçues du viager

Partager sur
  • Linkedin
  • Pinterest
Les idées reçues du viager

La vente en viager est un système qui ne date pas d’hier, il est malheureusement encore l’objet de tabous et d’idées reçues. Que ce soit la vente en viager occupé, la vente de nue-propriété ou la vente en viager libre, ce fonctionnement répond à différentes problématiques rencontrées par nos séniors et par les investisseurs. Côté vendeur, le coût de la vie en constante augmentation avec des retraites qui stagnent, des frais de copropriété parfois onéreux, la protection du conjoint, l’anticipation de la succession, etc… peuvent trouver des solutions grâce au viager. Côté acheteur, le viager offre une solution pour investir dans une valeur refuge à moindre coût sans ennuis locatifs ni de fiscalité sur les loyers s’y rattachant dans le cadre du viager occupé. Voici quelques idées reçues sur le viager que nous allons tâcher de dissiper :

 


 

 

C’est un pari sur la mort

 

Tout d’abord, il faut savoir que les calculs viagers sont établis sur des barèmes d’espérance de vie et qu’en aucun cas l’état de santé du vendeur n’est pris en compte. D’autre part généralement, les banques ne financent pas l’achat de viager, nous nous adressons donc à des investisseurs qui disposent de fonds. Il s’agit donc pour un investisseur d’un placement à moyen/long terme de son argent plutôt que de le laisser en banque, sur les marchés financiers, en or dans un coffre, etc… À terme, nous allons tous dans la même direction alors pourquoi ne pas investir dans un placement intéressant qui de plus est socialement responsable ? La réponse est dans la question.
 

>> Faire une demande d'étude personnalisée de son bien

 


 

 

Vendre en viager, c’est déshériter ses enfants

 

En tant que propriétaire immobilier, vous êtes libre de disposer ou de vendre vos biens. S’il vous venait l’envie de vendre votre appartement et de tout dépenser au casino et en voyage, il ne resterait effectivement rien pour vos enfants. C’est pareil pour la vente en viager, votre bien immobilier ne rentrera pas dans la succession, en revanche, le montant du bouquet (somme perçue à la vente) et de la rente viagère peut être distribué à votre guise. Dans certains cas, il vaut peut-être mieux donner de l’argent à vos enfants à l’âge où ils auraient besoin d’un apport pour l’achat d’une résidence principale par exemple.Qu’en pensez-vous ?

 


 

 

LE VIAGER est trop risqué, je risque de payer 2 fois le prix du bien.

 

Dans le cadre de la vente en viager libre, il n’y a pas de décote sur la valeur des biens immobiliers, mais souvent le bien acheté sera mis en location et les loyers couvriront en partie le paiement des rentes viagères.

Dans le cadre de la vente de la nue-propriété, la plupart du temps, il n’y a pas de rente viagère, il s’agit de la valeur des biens décotés de l’usufruit donc pas de surprise ni de risque de surpayer le bien immobilier.

Dans le cadre du viager occupé, la décote sur la valeur des biens est souvent importante, par exemple sur une femme de 75 ans la décote est en moyenne de 50%. C’est cette valeur décotée qui est censée être reconstituée sur l’espérance de vie.

Il est donc très peu probable de payer le bien plus cher que son prix de plus, si le crédirentier quitte son logement, vous aurez alors la possibilité de le louer.



 

>> Venez découvrir toutes nos offres en viager <<

 
 

Essentiel Patrimoine & Viager, votre expert dans la vente de viager à Paris et Île-de-France